D’un côté, la presqu’île de Quiberon, condensé de paysages typiques de la Bretagne. De l’autre, un bond dans le passé avec les vestiges préhistoriques de Carnac.

À l’Est, les flots agités de l’océan Atlantique.
À l’Ouest, les eaux tranquilles de la baie de Quiberon.
Au milieu, sur la bande de terre qui sépare les 2, une route comme posée sur la mer..

L’isthme de Penthièvre est le passage obligé pour pénétrer dans cette «goutte» de terre accrochée au Morbihan.

Quiberon - vue du ciel

Sur 14 km les plus beaux paysages bretons:
- criques rocheuses et falaises vertigineuses,
- plages tranquilles et ports pittoresques.

Avec en bonus, 2 000h de soleil par an, autant que sur La Côte d’Azur !

De quoi attirer aussi bien les amateurs de farniente que les randonneurs, les pêcheurs et même les surfeurs.

 

Plaisirs et farniente iodés

Au sud, Quiberon est LA station balnéaire de la presqu’île, à la fois chic et décontractée.

Avec ses maisons blanches aux volets colorés, ses villas du début du XXème siècle, son front de mer et son petit centre animé, elle fait le plein dès les beaux jours.

On s’y bouscule le matin pour acheter poissons et fruits de mer au marché de la place du Varquez et on s’y retrouve en fin de journée pour déguster une crêpe, après un bain de soleil sur la grande plage.

Là, les familles se partagent 900 m de sable fin, observant au loin le ballet des bateaux qui filent vers Belle-île depuis Port Maria.
Ce haut lieu de la pêche à la sardine dans les années 50 a gardé de jolis restes, avec ses 200 bateaux et sa criée…

Port Maria - Quiberon

Il y a beaucoup d’autres plages – 19 exactement -, situées pour l’essentiel sur la côte orientale, protégée des vents.

Parmi elles, très prisées, les plages sauvages du Conguel et de la Jument s’étalent de part et d’autre de la pointe du Conguel, tout au bout de la presqu’île. On vient y observer les goélands, qui trouvent dans les rochers un garde-manger de premier choix :)

Sur le versant Ouest de la presqu’île, la côte sauvage n’a rien à leur envier. Sur 8 km, tout n’est qu’éboulis de rochers et falaises de granit. Un sentier côtier serpente au milieu des herbes rases et des œillets roses, au plus près des vagues qui se fracassent dans un vacarme étourdissant.

Par temps calme, la randonnée est tonique et vivifiante mais lorsque la tempête s’en mêle, les nuées d’écume ajoutent au spectacle. Pensez à emporter une doudoune imperméable !

À marée basse, les pécheurs viennent dénicher oursins et pouces-pieds, de très étranges crustacés ainsi baptisés en raison de leurs 5 doigts charnus…

Lors de votre balade vous croiserez probablement quelques menhirs et dolmens, qui rappellent que l’Homme habitait déjà la presqu’île il y a 5000 ans…

 

Une armée de pierre

Il faut se rendre à Carnac pour faire un bond de plusieurs millénaires dans le passé.

Cette petite ville est d’abord une station balnéaire courue, avec ses 5 jolies plages bordées de pittoresques cabines de toile jaune et blanche. Mais on vient aussi du monde entier découvrir ses 4 sites préhistoriques alignant 4 000 menhirs !

Il s’agit de la plus vaste concentration mégalithique au monde.

Carnac - Menhirs

Culte religieux ou site astronomique ?
Le mystère de ces «armées de pierre » reste intact…

Il est loin le temps où les enfants pouvaient se prendre pour Obélix et escalader les «pierres levées». Aujourd’hui, les sites sont balisés et protégés de «l’invasion» des touristes.

Les alignements du Ménec et de Kermario sont les plus vastes, mais aussi les plus visités. Pour éviter la foule, privilégiez celui de Kerlescan.

La découverte des menhirs au lever du soleil ajoute une vraie touche de magie !

 

Que pensez-vous de cette destination ? Avez-vous déjà visiter la Bretagne auparavant ?
Laissez-nous votre ressenti dans les commentaires ci-dessous :)